L’idée

Pourquoi un site sur la vapeur?

Comme beaucoup de personnes je suis fasciné par ces mécaniques de nos grand parents, de ces masses d’acier qui se meuvent avec silence et élégance. La vapeur, que ce soit sur rail, sur l’eau ou dans les industries a ensorcelé quantité de générations. Jadis ultime objet de progrès et d’avance technologique, elle est maintenant le symbole d’un certain regard en arrière, vers le temps où le travail devait être bien fait avant d’être vite fait. Avec la vapeur, que se soit à la chauffe ou à la conduite de la machine, pas question d’être pressé. Il faut prendre le temps qu’il faut.

Autant d’éléments qui on fait que le virus de la vapeur est bel et bien passé par moi. Sans oublier que je baigne toute la journée dans le sujet car j’ai la chance de travailler depuis un certain temps à la Compagnie Générale de Navigation sur le Lac Léman (CGN). d’entretenir, de réparer et de conduire des machines splendides datant de 1910 à 1927

J’ai donc eu l’envie de partager cette passion à travers ce site. De partager ma vision mais aussi la vôtre. Toutes vos suggestions, idées, documents sont les bien venus.

Attiré depuis longtemps par la navigation lacustre je décidais de sauter le pas  et d’acquérir une petite embarcation d’environ 6 mètre, pouvant être tracté avec un véhicule standard et nécessitant pas forcément une place d’amarrage.

Restait le choix de la propulsion, moteur? voile? ou….vapeur? Bien-sur la dernière solution s’imposait comme une évidence. Silence, simplicité et originalité, voici entre autre, ce qu’offre la propulsion à vapeur. Je me lançai donc dans ce projet tête baissée.

Mais très rapidement certaines questions vinrent petit à petit à mon esprit comme: Quel système utiliser pour la machine de cette chaloupe? Car le sujet est vaste. Faut-il employer la double expansion ou utiliser la marche en circuit fermé, c’est à dire que pour produire de la vapeur on utilise de l’eau qui sera ensuite condensée pour être réutilisée dans la chaudière.

Je cherchais partout une idée originale. Je me suis bien creusé les méninges et le choix fut difficile, car il y a tant de type de machines, de la mignonne petite Pearl en passant par les Stuart 6A, les cylindres oscillants etc… De même que pour la distribution, il est difficile d’échapper au système Stephenson.

Mais à force de tourner en rond, j’ai dû émouvoir une instance divine car au détour d’une palette, une vision céleste s’est offerte à moi! Une pompe d’alimentation duplex qui m’attendait là toute pleine d’espoir quand à son utilisation future, étouffant sous un cm. de poussière.Après un examen approfondi et quelques renseignements plus tard, j’appris que cette pompe était en fait une ancienne pompe d’alimentation de mazout destinée aux brûleurs des chaudières de l’Helvétie,

une unité de la CGN qui était dotée d’une machine 3 cylindres simple expansion, à flux continu et admission par soupape. Ce bateau est actuellement désarmé et la machine est au musée du Léman à Nyon.

Une pompe duplex, ces pompes comportaient généralement un cylindre à vapeur (à gauche) qui actionnait un piston d’une pompe à eau (à droite) fixé en bout de la tige du premier piston. Les duplex avaient deux jeux de pistons en parallèle, les autres étaient des symplex.

 

J’étudiai donc la possibilité de transformer cette pompe en une machine à vapeur pour mon canot.

Voici les caractéristiques de cette pompe:

Deux cylindres Hp de 80mm (dia)

Course 97mm

Tiroir, pistons, cylindres et segments en fonte

Admission par tiroirs plan

Distribution alternative

Fonctionnement à 10,5Bar de vapeur surchauffée

Il était clair qu’il fallait faire des transformations majeurs pour transformer cette pompe en une machine performante et économique en vapeur. Notamment diminuer la dimension des pistons.

Je pris les choix suivants : Isabelle serait un canot mû par une machine à double expansion, conjuguée. Fonctionnant en circuit fermé avec la chaudière, munie d’un condenseur interne, d’une pompe à air, d’une pompe alimentaire et d’une pompe de circulation. La machine fonctionnera sans graissage des cylindres. Les éléments mobiles comme les glissières et le vilebrequin seront huilés par gravitation.

Les dimensions des cylindres seront de 50mm pour le hp et 80mm pour le bp, la course restera à 97mm. Les segments seront en bronze ou en  matière synthétique. Les palier de vilebrequin seront en Régule et les excentriques en bronze. Le bâti sera fait de montants en acier étirés rond, vissés.